Presse Avignon

Le 14 juillet 2018

Un grand merci à Adadiff / Vivantmag pour ce super article qui nous a beaucoup touché. Revenez nous voir quand vous voulez

http://vivantmag.over-blog.com/2018/07/gouttes-de-sons.html

” Quoi de mieux pour commencer une journée trépidante au festival d’Avignon que d’aller s’asseoir dans une des petites salles du Collège de la Salle pour découvrir un spectacle dédié aux tout-petits ?

 

Dès le démarrage de la représentation, je ne regrette pas mon choix.

Une harpiste accompagne notre installation et donne le ton ; la douceur va nous escorter pendant 35 minutes, la durée du voyage au pays de “Gouttes de sons”.

J’ai rarement vu un spectacle qui portait aussi bien son nom. Les trois musiciens travaillent sur les sonorités de l’eau, clapotis, percussions et petits écoulements bercent l’harmonie de leur chant à trois voix. En les écoutant, je pense à Hermeto Pascual ou au groupe Vocalize, il me semble que la musique brésilienne n’est pas aux antipodes de ce territoire dont la richesse rythmique me transporte dans un si loin-si près plein de charme. Je ne suis pas la seule à tomber en pâmoison devant cette poésie sonore, le petit public est silencieux et attentif.

 

Il faut dire que rien n’est laissé au hasard ; la scénographie est soignée, épurée et les installations de lumières sous la peau des bendirs (tambour berbère) attirent l’œil du petit comme du grand, au même titre que les percussions colorées que les artistes font danser dans l’espace. Il n’y a pas de parole, et pour une fois, je trouve qu’il n’y en a pas besoin, tant la durée et la diversité des différents tableaux sont équilibrées.Les instruments insolites comme le cristal Baschet et une sorte de Hang en terre cuite apportent des sonorités nouvelles et le travail vocal plein de nuances vient parfaire cette proposition musicale d’une grande poésie.

 

Je suis très heureuse d’avoir, au petit bonheur la chance, choisi ce spectacle parmi tant d’autres et je vous conseille vivement, quel que soit votre âge, de vous laisser tenter par cette caresse sonore du matin.  

 

F.P. “